enfant

Vous souhaitez faire un test ADN ? Il vous est important de bien connaître toutes les informations indispensables pour que tout se déroule à merveille et en toute légalité. Découvrez alors dans cet article une sélection de quelques points importants concernant les tests de paternité.

Comment faire un test de paternité et dans quel cas le faire ?

La première étape d’une analyse ADN consiste à prélever un échantillon d’ADN grâce à un écouvillon buccal. Cette intervention doit être réalisée, soit par un collecteur d’échantillons, soit par un médecin.

Vous vous demandez comment faire un test de paternité ? Sachez que le père biologique présumé et l’enfant doivent faire des prélèvements d’échantillon de salive ou d’écouvillon buccal. Généralement, les empreintes génétiques de la mère ne sont pas indispensables étant donné que la recherche ADN paternité est exécutée sur un grand nombre de marqueurs génétiques.

Les laboratoires vont ensuite organiser un rendez-vous pour la collecte selon la demande du Tribunal. Puis, le test génétique est régi par un examen de l’ADN de chaque participant. Cela va par la suite permettre d’établir la filiation grâce au pourcentage généalogie commun entre l’enfant et le géniteur présumé.

Une fois les analyses ADN effectuées et les résultats du test obtenus, les experts judiciaires pourront enfin déterminer si les deux individus se retrouvent dans la même généalogie génétique. Pour information, la livraison des résultats des tests génétiques se fait dans les 5 jours ouvrés après la réception des échantillons génétiques de l’ensemble des participants.

Notez qu’il est également possible de procéder par un prélèvement sanguin. Cet examen consiste à comparer les sangs du père et de l’enfant.

Les autorisations indispensables pour faire des tests ADN

Il est obligatoire d’avoir le consentement du papa présumé pour pouvoir lancer une recherche et réaliser un test génétique. Il faut en effet qu’il soit au courant étant donné qu’il doit être testé auprès des laboratoires spécialisés. Cette personne est en droit de refuser l’analyse. Toutefois, il faut faire attention, dans le cas où son refus est injustifié, il se peut que le juge interprète cela comme aveu de paternité. En effet, s’il sait pertinemment qu’il n’est pas le géniteur, il ne va pas omettre de résistance à la réalisation d’un test de paternité.

Quelles sont les conséquences de ce test ?

Lorsque le lien de parenté entre l’enfant et le papa est prouvé, celui-ci est donc dans l’obligation de procéder au versement de dommages et intérêts en plus des pensions à la mère et à sa progéniture.

Il se peut aussi que des frais de maternité et d’entretien lui sont exigés durant les trois mois précédant et suivant l’accouchement. Notez qu’il est également possible de faire un test de recherche de paternité avant la naissance de l’enfant. Il s’agit d’un test prénatal. Il faut aussi passer par une procédure judiciaire pour pouvoir le faire.

Qu’en est-il des tests disponibles sur le Web ?

Bien que ces tests doivent essentiellement être réalisés par des techniciens au sein des laboratoires agréés, il est aussi possible de l’effectuer via la toile. Les laboratoires demandent à avoir un échantillon de salive des individus à tester par voie postale. Les résultats seront également retournés de la même manière. Il faut tout de même faire bien attention pour trouver des tests fiables.

Pour information, sachez que sur internet, le tarif de ce type de test se trouve dans une fourchette allant de 100 à 200 euros. Il est à noter qu’en France, passer par un test virtuel est interdit et n’est pas reconnu auprès des tribunaux français. Si vous souhaitez en faire, il vaut mieux que vous alliez dans un pays étranger où c’est permis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *